dimanche 28 novembre 2010

Girl Talk, héraut de la génération copier/coller

Il y a deux semaines sortait All Day, le nouvel album du DJ américain Girl Talk, grand spécialiste du mashup. Vous connaissez probablement déjà le principe du mashup, à savoir créer de la musique en utilisant uniquement des extraits d'autres morceaux... En somme, le sampling et le détournement poussés à leur paroxysme, avec pour corollaire que chaque écoute se transforme en blind test géant. C'est le cas ici, puisque All Day dure 1h10 et recycle plus de 370 morceaux!

Si les puristes préféreront Night Ripper ou Feed the Animals, les précédents albums du DJ, All Day reste agréable à écouter et surtout hyper impressionnant d'un point de vue technique. Pour s'en rendre compte, il suffit de se rendre sur ce petit site, qui permet de visualiser en temps réel tous les samples utilisés dans l'album, ainsi que leurs enchaînements. Il s'agit d'un travail d'une minutie extrême, et ce n'est peut-être pas un hasard si Girl Talk (de son vrai nom Gregg Gillis) était, dans une vie antérieure, ingénieur en biotechnologie.

Bien évidemment, tout cela est à la limite de la légalité, même si le DJ se retranche derrière le principe américain de fair use, issu de la jurisprudence et permettant d'utiliser librement une œuvre sous certaines conditions, notamment celle de ne pas altérer son esprit d'origine. Ce dernier point est assez marrant quand on sait que le péché mignon de Girl Talk consiste à mélanger du gros rap qui tache à des instrumentaux qui n'ont a priori rien à faire là (genre Lil' Jon + Simon & Garfunkel ou Ginuwine + Arcade Fire). Quoi qu'il en soit, les albums de Girl Talk sont toujours disponibles en téléchargement gratuit à leur sortie (pour All Day c'est ici), ce qui relativise les accusations de vol dont il peut faire l'objet de la part des maisons de disques.

Hors considérations esthétiques (on peut ne pas apprécier que Kraftwerk se mêle à Lil' Wayne) ou juridiques, les mashups de Girl Talk ont une forte portée symbolique en ce sens qu'ils résument très bien l'ère du temps.
Tout d'abord, on y retrouve tous les artistes qui ont marqué la pop culture ces 30 voire 40 dernières années. En superposant des centaines de samples, Gillis réussit le tour de force de mettre sur un même plan plusieurs genres musicaux et des années d'évolutions techniques et stylistiques. On retrouve ce côté "essence de la pop" chez un autre roi du mashup, DJ Earworm, qui signe régulièrement des remixes dans lesquels il compile tous les morceaux qui ont cartonné en radio ou en boîte sur les 12 mois précédents. Le résultat est souvent vertigineux, et ce d'autant plus que le DJ y développe une véritable intertextualité entre les chansons.
Au-delà, le travail de Girl Talk est, aux côtés de ceux de DJ Earworm ou Danger Mouse, lui-même représentatif de l'époque, celle de la génération copier/coller, qui n'hésite plus à déboulonner et bricoler les œuvres des aînés. D'ailleurs, beaucoup de morceaux recyclés par Gillis sont déjà bâtis sur des samples de chansons plus anciennes, et ainsi de suite...

Le sujet des générations remix et copier/collet est passionnant (au passage je vous conseille ce petit web documentary) et il me faudrait un blog entier pour en parler! Reste que nous sommes plus que jamais dans une ère de syncrétismes artistiques, et Girl Talk en est une preuve éclatante.

Qu'en pensez-vous?

4 commentaires:

  1. Oh cette photo c'est mon fond d'écran depuis 3 jours ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Louis, on est juste trop en phase toi et moi (ta soeur tsé)! J'étais à l'instant en train de voir que Girl Talk avait fait un docu sur les "behind the stage" de ses mashups, quand j'ai vu le tweet de JR concernant ton article! Ca va bien m'aider pour mon dossier Remix Culture... Thanks bro' !

    RépondreSupprimer
  3. Si je peux me permettre, et parce que j'estime aussi que cet album n'a pas eu un écho considérable, je compléte cet angle de critique intéressant par ma critique plus académique.

    http://www.du-son.fr/2010/11/29/girl-talk-all-day/

    RépondreSupprimer